Des mots qui font école ? c) Rejet [Podcast]

L’école est un lieu où l’on apprend, mais elle peut être aussi un lieu où l’on peut refuser d’apprendre. Quels sont les facteurs sous-jacents au rejet de l’apprentissage des langues ? ‘Mettre de côté’ une langue, même là où le plurilinguisme est un atout, peut-il être considéré comme une life-skill (« je ‘sélectionne’ mes objectifs linguistiques pour mon propre avenir ») ? Comment gérer la tension qui peut résulter de l’écart entre une nécessité didactique ou un désir d’inclusion linguistique de la part de l’école et les sensibilités individuelles des apprenant·e·s ?

Des mots qui font école ? b) Genre [Podcast]

Certaines personnes encouragent le langage inclusif, d’autres le refusent. Faut-il et peut-on sensibiliser aux questions liées au genre (social) dans l’enseignement des langues tout en développant la réflexion métalinguistique ? Dans quelle mesure cette sensibilisation constitue-t-elle un objectif concret dans les programmes scolaires, dans les manuels pour tous les niveaux ? Quelles pratiques langagières inclusives peuvent ou doivent être enseignées à quels groupes d’apprenant·e·s ?

Des mots qui font école ? a) Norme [Podcast]

Chaque jour, en tant que locutrices/locuteurs et apprenant·e·s d’une langue, nous sommes confronté·e·s à des structures linguistiques plus ou moins canoniques, acceptées ou conformes à une norme. Le concept de norme linguistique à l’école fait-il peur ou rassure-t-il ? Quelle est sa relation avec le concept de variation ? Comment la norme – et l’écart par rapport à la norme – est-elle traitée dans les écoles des différentes régions linguistiques en Suisse ? Le recours de plus en plus fréquent à des approches plurilingues dans le domaine de la didactique des langues peut-il modifier l’idée de norme et sa perception ?

Présentation du programme des tables rondes 2023/2024 de l’Institut de plurilinguisme

D’octobre 2023 à mai 2024, l’Institut de plurilinguisme en collaboration avec la HEP|PH FR et le CeDiLE propose une nouvelle série de tables rondes publiques consacrées à l’apprentissage et à l’enseignement des langues. Cette fois, nous avons décidé de nous concentrer sur des mots spécifiques. Il s’agit de mots que l’on entend souvent dans le monde de l’éducation et qui ont pris des connotations dignes d’attention dans le domaine de l’enseignement des langues-cultures.

Outils de traduction automatique : automatiquement une ressource didactique ? [Podcast]

Comment et dans quelle mesure les outils de traduction automatique peuvent-ils être intégrés dans les contextes d’apprentissage scolaire ? Quels aspects de l’enseignement des langues peuvent être valorisés par l’utilisation d’outils de traduction ? (Comment) peuvent-ils contribuer ou constituer un obstacle au développement des compétences linguistiques et métalinguistiques des apprenant·e· s ?

Scripta manent – joies et peines dans l’écriture d’un manuel de langue au 21ème siècle [Podcast]

Dans un monde plein de supports didactiques, qu’est-ce qui pousse le développement de nouveaux manuels pour l’apprentissage des langues ? Les approches glottodidactiques dans un manuel reflètent-elles la vision propre de l’autrice/auteur, sont-elles le résultat de l’influence des tendances relevées dans la recherche, ou des contenus élaborés dans les plans institutionnels ? Qu-est-ce-qui fait qu’un livre est une contribution au « patrimoine scolaire » ? Pourquoi la recherche autour du développement de manuels scolaires n’est-elle pas toujours considérée comme ayant le même statut que la recherche tout court ?

Médiation linguistique : innovation didactique ou vieux chapeau garni de nouvelles plumes ? [Podcast]

Le focus est dans cette deuxième session sur les apprenant·e·s et leurs processus d’autonomisation et d’autorégulation au cours de l’apprentissage linguistique, que ce soit au sein d’un établissement de formation ou dans le cadre d’initiatives personnelles dans un environnement plus informel.

Processus d’autonomisation et d’autorégulation dans l’apprentissage des langues : all by myself ? [Podcast]

Le focus est dans cette deuxième session sur les apprenant·e·s et leurs processus d’autonomisation et d’autorégulation au cours de l’apprentissage linguistique, que ce soit au sein d’un établissement de formation ou dans le cadre d’initiatives personnelles dans un environnement plus informel.