Sélectionner une page

Mathématiques plurilingues – Retour sur les journées PLURIMATHS

Calculer une intégrale en arabe ou résoudre une équation en allemand : on peut résoudre des opérations mathématiques de façons très différentes d’une région à une autre du monde. Et ces variations culturelles ou pédagogiques peuvent représenter un apport pour l’enseignement d’une discipline, comme le soulignent certains auteurs.

(suite…)Calculer une intégrale en arabe ou résoudre une équation en allemand : on peut résoudre des opérations mathématiques de façons très différentes d’une région à une autre du monde. Et ces variations culturelles ou pédagogiques peuvent représenter un apport pour...

Un inventaire de l’enseignement bilingue dans le canton de Berne

Comment se porte l’enseignement bilingue en Suisse ? Un projet pilote de l’UniGE livre un premier aperçu des offres d’enseignement bilingue dans les écoles bernoises ; le but étant, à long terme, de fournir une vue d’ensemble de ces formes d’enseignement dans toute la Suisse. Le CeDiLE offre un aperçu des principaux résultats à travers un commentaire (auf Deutsch) sur le rapport et un entretien (en français) avec le Prof. Daniel Elmiger.

(suite…)Comment se porte l’enseignement bilingue en Suisse ? Un projet pilote de l’UniGE livre un premier aperçu des offres d’enseignement bilingue dans les écoles bernoises ; le but étant, à long terme, de fournir une vue d’ensemble de ces formes...

Les échanges linguistiques ont-ils une influence sur les apprentissages à l’école primaire?

Ils existent depuis très longtemps en Suisse, mais on connait assez peu les effets des échanges linguistiques sur les apprentissages. Une équipe de la PHSG (HEP Saint-Gall) vient de publier une étude fascinante sur le sujet. Le CeDiLE offre un aperçu des résultats et a interviewé deux enseignant-e-s impliqué-e-s dans cette recherche.

(suite…)Ils existent depuis très longtemps en Suisse, mais on connait assez peu les effets des échanges linguistiques sur les apprentissages. Une équipe de la PHSG (HEP Saint-Gall) vient de publier une étude fascinante sur le sujet. Le CeDiLE offre un aperçu des résultats et...

Oser se lancer: enseigner dans la langue de l’autre

À la HEP|PH de Fribourg/Freiburg, les futur·e·s enseignant·e·s primaires de 2e année de Bachelor effectuent un stage d’enseignement d’au moins deux semaines dans la L2. Le blog du CeDiLE en fournit un aperçu à travers un texte rédigé par les formatrices L2 et le témoignage de quatre étudiantes de retour de stage.

(suite…)À la HEP|PH de Fribourg/Freiburg, les futur·e·s enseignant·e·s primaires de 2e année de Bachelor effectuent un stage d’enseignement d’au moins deux semaines dans la L2. Le blog du CeDiLE en fournit un aperçu à travers un texte rédigé par les formatrices L2 et le...

Diving into second language learning and teaching with Rosamond Mitchell

Connecting research and practice, as well as research on immersion and study abroad programs have been Professor Mitchell’s (University of Southampton) main focus for years. In this podcast, she explains the challenges that learners may meet in different kinds of immersion programs and discusses research in teaching practice.

(suite…)Connecting research and practice, as well as research on immersion and study abroad programs have been Professor Mitchell’s (University of Southampton) main focus for years. In this podcast, she explains the challenges that learners may meet in different kinds...

Retour sur les 25 ans de l’APEPS: le goût du plurilinguisme

Cela fait 25 ans que l’Association de Promotion de l’Enseignement Plurilingue en Suisse (APEPS) mène ses campagnes en faveur de l’enseignement par immersion et des échanges linguistiques. L’association regroupe des membres issus de toutes les régions linguistiques du pays. Elle se caractérise par une forte interdisciplinarité: en 25 ans, elle est parvenue à mobiliser des enseignant·es de tous les degrés, des formateurs·trices HEP et des chercheur·e·s ne provenant pas uniquement des champs de la linguistique. Durant cette journée, Christine Le Pape Racine (lire son interview plus bas) a cédé son fauteuil de présidente de l’APEPS à Tristan Mottet.

La journée de colloque a permis de prendre la température dans le domaine de l’enseignement plurilingue en Suisse. La rédaction du CeDiLE a donc cherché à savoir quel était le goût du plurilinguisme à l’issue de cette journée.

 

Un plurilinguisme aigre-doux
Bilinguisme, quadrilinguisme ou plurilinguisme, les termes ne manquent pas pour désigner un programme que personne ne semble vraiment interpréter de la même manière durant le colloque. Les discours des participant·e·s (membres ou non de l’APEPS) témoignent d’intentions parfois bien différentes. Pour certain·e·s, il s’agit avant tout de s’inscrire dans un projet de sauvegarde de la cohésion nationale à travers une promotion de l’apprentissage des langues nationales. Pour d’autres, il faudrait valoriser le rôle de langues non nationales en y prêtant une attention particulière en salle de classe, les exploiter à des fins de cohésion sociale. Si l’APEPS inclut ouvertement ces deux aspects, les discussions de la journée reflètent des préoccupations et des priorités plus contrastées.

Que les participant·e·s rapportent une situation spécifique des Grisons, de Bienne ou de Neuchâtel, tou·te·s partagent le même problème économique: la demande pour les cursus par immersion est fortement supérieure à l’offre, ce qui reflète un véritable engouement de la part des parents d’élèves qui envisagent un avenir “mehrsprachig” (ou plutôt “bilingual”?) pour leurs enfants. Si certaines références scientifiques sont brièvement mentionnées, les liens vers des études sont rares durant les discussions en plénum. L’idéologie de l’enseignement plurilingue est donc bien implantée; les ressources économiques et politiques peinent à suivre. Pour cause, plusieurs participant·e·s rapportent une pénurie d’enseignant·e·s capables de donner des cours dans une autre langue, des difficultés à concilier des plans d’études très différents entre des cantons ou des langues nationales, une administration parfois trop rigide et une absence de plateforme disposant de supports didactiques ou de matériel pédagogique adapté pour les enseignant·e·s.

 

Qu’une question de volonté politique?
Si les enseignements bilingues étaient plutôt réservés à une certaine élite lors de leur implémentation en Suisse dans les années 1990, aujourd’hui, ils touchent une plus large frange de la population, notamment grâce à certains cursus de l’école obligatoire et dans la formation professionnelle. Quant à savoir si ces enseignements génèrent uniquement des bénéfices pour les élèves, la réponse reste encore incertaine. Certaines personnes sont convaincues que les problèmes rencontrés dans les apprentissages ne sont aucunement en lien avec le type de filière bilingue, d’autres ont une opinion plus mitigée et admettent que ces cursus peuvent parfois être une source de difficulté, notamment pour des élèves allophones ou présentant des difficultés d’apprentissage.

La journée fut trop courte pour entamer un véritable débat sur ce point. L’APEPS a proposé une journée enrichissante et conviviale, offrant un angle inédit sur la situation de l’enseignement plurilingue en Suisse. C’était aussi l’occasion pour des gens issus de la pratique et de la recherche de faire connaissance. De nouveaux défis se profilent pour les 25 prochaines années; ils promettent de mettre du piment dans les discussions.


Interview mit Christine Le Pape Racine (APEPS)

CeDiLE: On l’a bien vu durant le colloque, l’APEPS attire des individus très différents (enseignant-e-s, chercheur-e-s, formateur-trice-s HEP, etc.). À ton avis, quel est le point commun entre tous ces membres de l’APEPS?

CLPR: Es ist der Wunsch, sich mit Berufsleuten zu vernetzen, die aus einer anderen Perspektive dasselbe Ziel verfolgen, nämlich gemäss den Statuten (bereits im Jahr 1994) als Netzwerk zu funktionieren für die verschiedenen Initiativen auf dem Gebiet des immersiven/bilingualen, auch mehrsprachigen Unterrichts, dies auf regionaler, kantonaler und lokaler Ebene in der Schweiz sowie auch international, dies auf allen Altersstufen, d.h. von der universitären Lehre, zum gymnasialen und berufsschulischen Unterricht bis zur Volksschule inkl. Kindergarten und vorschulischen Einrichtungen. Es betrifft vor allem die Landessprachen, aber auch Englisch und alle in der Schweiz vorkommenden Sprachen. An den Tagungen werden Referent/innen aus der Sprachenpolitik und der Wissenschaft eingeladen und immer Lehrpersonen aus einer vielfältigen Praxis, wenn möglich werden vorgängig auch Klassenbesuche organisiert. Jede Tagung findet an einem anderen Ort statt und verfolgt je nach Aktualität einen Schwerpunkt. Vor zwei Jahren war es z.B. die Förderung des Sprachaustausches und der Einbezug der Migrationssprachen.

CeDiLE: Durant ces 25 dernières années, quelle a été la relation entre la pratique et la recherche à l’APEPS? Plutôt convergente ou plutôt divergente? (éventuellement citer 1-2 exemples)

CLPR: Die APEPS ist klar wissenschaftsorientiert und verfolgt den wissenschaftlichen Diskurs nicht nur in einem einzigen Sprachgebiet, sondern international. Zahlreiche Untersuchungen haben nachgewiesen, dass der bilinguale Unterricht die Zielsprache je nach Dauer stark fördert, die Schulsprache nicht schwächt, und dass auch die Leistungen in den Sachfächern in den meisten Fällen ebenso gut, wenn nicht besser sind. (Badertscher/Bieri, 2009; Brohy/Gurtner, 2011; Bürgi, 2007; Dalton-Puffer, 2007; Demierre-Wagner/ Schwob, 2004; Diehr, 2013; Elmiger, 2010; Fehling, 2005; Gajo / Berthoud; Hallet / Königs, 2013; Klieme, 2006; Knipping, 2012; Massler, 2010; Petit / Rosenblatt, 2000; Py, 2004; Serra, 2007; Springer, 2010; Stebler / Maag Merki, 2010; Stern et al., 1999; Straub, 2014; Vollmer, 2002, 2013; Zydatiss, 2007 u.a.). Dazu braucht es je nach ausgesprochen diversen Situationen eine jeweils adaptierte Didaktik.
Das Problem ist nun aber, dass die Forschungsresultate noch wenig oder gar nicht bis in die Praxis gelangen. Ob es den Forschenden kein Anliegen ist oder es nicht ihre Aufgabe ist, oder ob die Praktiker/innen sich zu wenig dafür interessieren, wäre einmal in einem Forschungsprojekt zu ergründen. Dies ist deshalb eines der Hauptanliegen der APEPS.

CeDiLE: C’était ta dernière journée en tant que présidente de l’APEPS. Quels seront les principaux défis pour ces 25 prochaines années?

CLPR: Eine der Herausforderungen ist, weiterhin Mitarbeitende zu finden für die Präsidentschaft und den Vorstand, denn alle arbeiten ehrenamtlich bei einem enormen Zeitaufwand. Die APEPS wird für die Tagung vom Bundesamt für Kultur finanziell unterstützt, ansonsten ist die APEPS eigenfinanziert. Die HEP BEJUNE in Biel hat die APEPS dieses Jahr sehr unterstützt, wie früher auch andere Pädagogische Hochschulen, was sehr erfreulich ist. Vielleicht wird es eine engere Zusammenarbeit mit swissuniversities geben.
Eine weitere Herausforderung ist die Einführung von geeigneten immersiven Modellen in der Volksschule, denn in den Gymnasien und in den Berufsschulen hat der bilinguale Unterricht seit einigen Jahren auch institutionell Einzug gehalten. Da die Lehrpersonen in der gesamten Schweiz immer mehrsprachiger werden, wäre diese Voraussetzung in vielen Fällen gegeben. Bis anhin zirkulieren immer noch vage Vorstellungen, was ein bilingualer Unterricht sein könnte, viele kennen diese Methode noch gar nicht. Und dass Sprachenlernen nicht getrennt erfolgen muss, wie das bis anhin fast ausschliesslich sogar in der Ausbildung der Fall ist, sondern zeitweise z.B. in Synergien bildenden Vergleichen oder im Zulassen von Sprachwechseln (code-switching) gemäss der Mehrsprachigkeitsdidaktik gefördert wird, ist für viele Lehrende und Lernende noch unvorstellbar. In der Oberstufe in Frick wird es seit 3 Jahren z.B. praktiziert und das neue Handbuch Mehrsprachigkeits- und Mehrkulturalitätsdidaktik von Fäcke und Meissner sind dabei eine Hilfe. Es braucht künftig weiterhin Aufklärung und Öffentlichkeitsarbeit, die von der APEPS allein nicht geleistet werden kann. In 25 Jahren wird es vielleicht erreicht sein, weil es effizient ist, das Sprachenlernen interessanter und vielfältiger macht und auch in unsere immer mehrsprachigere multikulturelle Gesellschaft passt.

 

Photo by Martin Lostak on Unsplash

Cela fait 25 ans que l’Association de Promotion de l’Enseignement Plurilingue en Suisse (APEPS) mène ses campagnes en faveur de l’enseignement par immersion et des échanges linguistiques. L’association regroupe des membres issus de toutes les régions...